BD « Têtes de Mule » : l’histoire incroyable de six jeunes Alsaciennes en résistance, racontée par le dessin

Written by on mars 8, 2021

Etienne Gendrin, auteur de la bande-dessinée « Têtes de mule » (Ed. La boîte à bulles, 2020) raconte l’extraordinaire histoire d’Alice Daul. Une femme engagée, pleine de courage et de détermination. Une résistante de l’ombre pendant l’occupation de l’Alsace en 1940-1944. Elle n’est autre que la grand-mère de sa compagne.

Une histoire familiale à transmettre aux générations

L’auteur et dessinateur, Etienne Gendrin, installé dans la vallée de Munster, s’est lancé dans un travail de recherche minutieux pour raconter et transmettre l’histoire d’Alice Daul, la grand-mère de Coralie sa compagne. Tout a commencé le jour où il a découvert dans sa bibliothèque un fascicule d’une trentaine de pages rédigé par Alice.

Dans cet ouvrage, elle raconte comment en 1939, à l’âgé de 21 ans, elle s’engage comme infirmière dans l’armée française. Un an après, elle rentre chez ses parents à Strasbourg dans une Alsace annexée.

Anticonformiste, et révoltée par le nouveau contexte, cette jeune fille issue de la petite bourgeoisie strasbourgeoise, décide avec ses amies Guides de France de constituer une équipe clandestine qui viendra en aide aux prisonniers de guerre français et étrangers enfermés dans les casernes de la ville.

Pendant deux ans, elles recueillent, nourrissent, munissent de faux papiers et exfiltrent d’Alsace près de 500 détenus fuyant l’incorporation de force dans l’armée allemande

Une histoire bien réelle., mais pourtant gardée dans le silence pendant de nombreuses années, avant que la grand-mère ne prenne conscience de l’importance de transmettre aux jeunes générations, ce qu’elle a vécu pendant l’annexion de l’Alsace par les Allemands. Un récit qu’elle mettra par écrit et qui sera remis aux membres de la famille à l’âge de 13 ans, selon la tradition familiale. Un moment très attendu par les plus jeunes, nous explique Coralie :

Coralie Gendrin, petite-fille d’Aliec Daul

Le goût de la liberté plus que tout

En découvrant ce fascicule, le dessinateur Etienne Gendrin a tout de suite su qu’il fallait en faire quelque chose. Aussitôt, des images lui sont venues à l’esprit. Après avoir interrogé les oncles, tantes, enfants d’Alice, il se lance dans l’adaptation de cette histoire en bande-dessinée. 

La BD « Têtes de mule » met en lumière, les exploits de ces jeunes filles, ainsi que leur courage « souvent inconscient » et leur détermination dont ont fait preuve Alice et l’équipe des Pur-sang. Elle réussit à illustrer l’histoire dans sa complexité tout en soulignant l’humanité des personnages.

Ce qui prédomine, c’est le goût de la liberté qu’Alice a d’ailleurs gardé jusqu’à la fin de ses jours. « Il faut que cela continue, et qu’il y ait aujourd’hui et demain des gens qui se mobilisent pour nos libertés », ajoute Etienne Gendrin.  

Durant toute sa vie, Alice Daul fut une femme d’esprit libre, très engagée et militante, explique sa petite fille Coralie :

Coralie Gendrin, petite-fille d’Alice Daul

À travers l’histoire palpitante de six jeunes Alsaciennes, il espère faire connaître, au-delà de la région, cette partie peu connue de l’histoire alsacienne, affirme l’auteur.

Etienne Gendrin, auteur de la BD

Synopsis : « Têtes de mule » est une BD qui retrace l’histoire d’Alice Daul, jeune Alsacienne dans l’Alsace annexée par l’Allemagne… anticonformiste et francophile, elle est engagée dans l’équipe des Pur-Sang, un réseau majoritairement composé de jeunes filles membres du mouvement scout des Guides de France. Entre 1940 et 1942, Alice et 5 de ses amies ont exfiltré près de 500 prisonniers de guerre fuyant le régime allemand. (Ed. La boîte à bulles, 2020)