Les Cafés Contact de l’Emploi cherchent un repreneur

Written by on janvier 5, 2021

Les Cafés Contact de l’Emploi (CCE) ont été fondés à Strasbourg il y a 14 ans par Paul Landowski. Ils offrent l’opportunité à toutes et à tous d’accéder à un entretien d’embauche sans présélection sur CV. Bientôt à la retraite, le fondateur des CCE cherche un nouveau directeur pour le remplacer. 

Favoriser le contact plutôt que le CV

Le premier Café Contact de l’Emploi est lancée en 2006 par Paul Landowski, commercial dans la prestation de services a vécu l’expérience du chômage pendant un an à décidé de lancer cette initiative.

Lassé d’envoyer des CV et de n’obtenir aucune réponse, il a décidé d’inverser le système et de faire bouger les employeurs en lançant les premiers CCE. 

Le concept : réunir des recruteurs et des candidats autour d’un café dans un lieu public. Contrairement au mode de recrutement habituel, ce n’est pas le CV qui prime. Dans ce « Circuit Court de l’Emploi » on favorise le contact d’abord. L’idée est de permettre à toute personne en recherche d’emploi, et surtout à celles les plus éloignées de l’emploi, d’accéder à un véritable entretien d’embauche sans discrimination et sans présélection par le CV.

Aujourd’hui, vous pouvez envoyer 100 CV, si vous réussissez à décrocher ne serait-ce qu’un entretien, cela relève déjà presque du miracle.

Retrouver une confiance en soi

Ces sessions de recrutement organisées dans des lieux publics et conviviaux sont accessibles à tous, quels que soient l’âge, les qualifications et les métiers. Elles permettent de créer, voire de renforcer, le lien social, mais aussi elles favorisent le retour à la confiance en soi, explique Paul Landowski

Lorsque les personnes envoient des CV, elles n’ont souvent pas de retour. Ça peut être frustrant pour elles. A tel point que certaines n’ont plus confiance en elles et en leurs capacités. Avec les CCE, ces personnes ont la chance de pouvoir montrer qui elles sont. Elles peuvent dialoguer et reprendre confiance. C’est très important, ça leur permet de ne pas baisser les bras.

Si le concept est plébiscité par les candidats, il l’est tout autant par les employeurs selon le fondateur des CCE :

Les entreprises participant à un CCE témoignent souvent qu’elles ont embauché des candidats auxquels elles n’auraient même pas accordé un entretien à la simple vue de leur CV. Là, les recruteurs voient directement qui sont, réellement, leurs potentiels futurs salariés.

Une initiative qui a rayonné au niveau national

En 14 ans, cette initiative a fini par porter ses fruits. Du Grand Est, à la Bourgogne-Franche-Comté, à l’Auvergne-Rhône-Alpes, en passant par les Hauts-de-France, l’Île de France ou encore la Provence-Alpes-Côte d’Azur, le concept plaît et les CCE se développent partout en France. Plus de 230 CCE ont été organisés.

Aujourd’hui les Cafés Contact de l’Emploi ce sont plus de 3 500 employeurs, 20 000 candidats et 100% d’entretiens d’embauche. Si l’année 2020 a été chamboulée par la Covid-19, l’association espère pouvoir retrouver les recruteurs et les candidats cette année.

A la recherche d’un nouveau directeur

Paul Landowski approche de la retraite, qu’il prendra le 1er avril 2021. S’il reste dans l’association en tant que consultant, le fondateur cherche activement une personne pour reprendre le flambeau.

Je recherche une personne motivée, qui veuille le faire par conviction. Cela demande beaucoup d’énergie, car il faut prospecter les entreprises et organiser les événements, mais d’un point de vue personnel cela apporte aussi beaucoup.

En parallèle, le fondateur des Cafés Contact de l’Emploi aimerait se lancer dans un projet de radio dédiée à l’association. L’idée, créer une chronique des CCE afin de mettre en relation des recruteurs et des demandeurs d’emploi. Le nom est déjà tout trouvé : « Appelle Paulo, t’auras du boulot ! ». À suivre !